Construction – qu’est-ce que c’est? La division et particularité


La construction est une étendue d’activité humaine liée à la construction de bâtiments. La construction de nouveaux monuments est la tâche primordiale de l’industrie de la construction. Il s’occupe également de la reconstruction, de la rénovation et de la réparation des bâtiments existantes.
En raison de l’utilisation des monuments, on distingue: la construction urbaine, la construction industrielle, la construction de transport, la construction agraire et la construction hydraulique.

construction

Autor: Mikhail Golub
Źródło: http://www.flickr.com

la nature

Autor: CONCAVO WHEELS
Źródło: http://www.flickr.com
design

Autor: Daniel Oines
Źródło: http://www.flickr.com
La construction urbaine est divisée en construction de logements et en construction public. La construction (page suivante) de logements contient les édiffices résidentiels et de service, y contenu les édiffices mercantiles, les bureaux, les établissements culturels, les écoles et les hôpitaux. La construction publique inclut : réseaux d’approvisionnement en eau, réseaux d’égouts, réseaux gazier, réseaux électriques, ainsi que les monuments de mobilier urbain les squares, clôtures, monuments, poubelles). La construction industrielle comprend: halls de fabrication, silos, cheminées, tours de refroidissement, puits de mine, entrepôts, édiffices officiaux et sociales. La construction de communication comprend : des routes à roues et à fer (chemins de fer) avec des gares, des carrefours et des ponts. La construction agricole est employée juste pour la production agricole, par exemple les séchoirs: fourrage, fruits, tabac; les porcheries et les écuries, les étangs piscicoles, les cultures agricoles, mais aussi les logements agricoles. La construction hydraulique est divisée en deux types: la construction marine (brise-lames, quais, jetées, lanternes) et la construction intérieure (digues, renforcement des berges).

En raison de la pérennité préjugée des édiffices, ils sont partagés en : temporaire (éléments de développement du site, charpentes, détours routiers) ; constante – lorsque la durée n’est pas marquée, ceux-ci sont employés jusqu’à la mort naturelle, c’est-à-dire à la mort technique, ou lorsqu’ils cessent de répondre aux exigences présentés de la utillité.